Le Marathon de Bordeaux 2015 : Avant de partir

Salut :),

Les jours passent et le départ du Marathon de Bordeaux Métropole approche… Quoi Marathon de Bordeaux?!

Normal que vous n’en ayez jamais entendu parlé! C’est la première édition et excusez-moi du peu : le premier Marathon nocturne de France.

Visuel Marathon 200x300

Pour sa première édition, le Nissan Electrique Marathon de Bordeaux Métropole (Nom à rallonge… 😉 ) nous a donné rendez-vous le 18 avril 2015. Le but est de créer des nouvelles sensations de course : Courir de nuit. Beaucoup d’entre nous s’entrainent de nuit, mais là… C’est vraiment unique. Au-delà du défi personnel et de la nouveauté, profiter de la splendeur de la ville illuminée ça va être : WOUHAAA!

« Plusieurs » courses auront lieu simultanément : Le marathon (évidement), un semi-marathon, un marathon duo, et un marathon relais (4 personnes).

Voici le parcours (qui parlera au moins en Bordelais 😉 ) :

trace_course_marathon_01

A première vue, le parcours est vraiment sympa. Les quais de la Garonne, ou encore le vieux Bordeaux sont à l’honneur. Quelques passages risquent d’être mémorables (suivant mon état), mais c’est aussi ça un Marathon ;). Je pense n’avoir jamais connue « ma » ville comme ça.

Le petit bonheur que j’aurai (et que j’ai eu l’an dernier :D) est que je vais partager cette expérience avec ma petite soeur, Elodie. C’est encore de sa faute si j’en suis là (;)). Elle aime les défis autant que moi, et brulait d’envie de refaire un Marathon. Quelle meilleure occasion pour nous que de courir ici, à Bordeaux pour nous, originaire du Médoc?!

Mon état d’esprit ? Stressé!

Un Marathon c’est pas rien… Alors, oui j’en ai déjà fait celui de Paris l’an dernier. Je ne pars donc pas dans l’inconnu. En faite, c’est peut être ça le pire. Je sais à « quelle sauce je vais être mangé« .

Comme je vous l’ai dit, c’est un marathon Nocturne donc on part en fin de journée. Le départ est à 20h. J’ai du mal à savoir comment mon organisme va gérer ça. J’ai peur aussi de la chute. C’est bête, et on y pense pas toujours, mais avec le manque de lucidité à cause de la fatigue et l’obscurité (tout relatif hein, je pense qu’ils éteignent non plus tout…) facile de tomber et de se blesser.

Je vais être honnête. Ce que je vais dire, vous ne le lirez pas partout. Quand on lis des articles sur le marathon en général, on a l’impression que c’est « facile » de trouver du temps. Que c’est toujours super. Parce que ça demande normalement de temps de se préparer! Et cette année, du temps, j’en ai manqué. Je ne me suis pas entraîné pour ce Marathon comme j’aurais dû, tout comme celui de l’an dernier, je vais vous expliquer pourquoi :

Les études : Ma dernière année de Master m’a pris beaucoup (BEAUCOUP!) de mon temps. Pour moi, les études priment sur le sport.

Le manque de motivation : Comme je l’ai dit , l’entrainement pour un marathon est long et fastidieux à mon sens. Il faut courir minimum 3 sorties par semaine en alternant : un peu de fractionné, une sortie d’allure ou de fond (comme je l’appels dans mon jargon) et une sortie longue. Au moment de m’inscrire, j’étais conscient de ça. Mais, entre savoir et pouvoir…

Une blessure : Enfin, une gène au genou droit qui est survenue courant Janvier. Pile quand la motivation revenait un peu et que j’avais un peu plus de temps libre. La poisse. C’était une douleur que je ne ressentais pas particulièrement quand je courrais, mais surtout après être allé courir (peu importe la distance) et après les étirements. J’ai donc consulté une médecin du sport. Elle a su identifier toutes les douleurs que je ressentais mais sans me dire ce que j’avais :/. On était bien avancé! Résultat, ben, traitement inexistant. Ha si, de la glace. Youpi. Des fois j’ai mal, des fois non… Bizarre. Tout ça pour dire que ça ne m’a pas tellement aidé!

Pour vous dire toute la vérité (rien que la vérité!), j’ai même pensé à revendre mon dossard tellement j’en avais par-dessus la tête! Mais ce n’est pas dans mes habitudes. J’ai choisi de le faire. Je me suis inscrit. Je ne me suis pas entraîné?! Et bien tant pis. Je vais le faire et le finir. Je ne vous garantis pas un chrono de folie, mais ce n’est pas le seul but du Marathon. C’est de repousser ses limites le réel but.

Alors, je vous vois venir! On s’arrête tout de suite. J’ai une très bonne condition physique de base et je m’entraine depuis quelques années déjà. Alors, même si je ne m’entrainais pas comme il est très fortement conseillé de le faire, je ne restais pas avachi sur mon canapé. Je courrais au minimum, régulièrement avec Morgane le week-end quand on se voyait (comme vous vous en doutez 😉 ). Je ne pars pas de zéro.

Je ne conseille à PERSONNE de faire ça. Il faut juste être conscient que ça existe, et je peux dire sans trop m’avancer que je ne suis pas le seul.

Donc, quand faut y aller, faut y aller :).
A dans quelques jours!

Et vous, avez-vous déjà participé à des courses sans entrainements ?

Vous aimez notre blog? Suivez-nous sur notre page Facebook Double Plume et sur Twitter pour ne rien manquer 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Le Marathon de Bordeaux 2015 : Avant de partir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s