Retour de course : Le Semi-Marathon de Troyes 2015

Salut :),

Et voilà, c’est fait. J’ai bouclé mon premier Semi-Marathon.

Je ne réalise pas. Je n’ai pas l’impression que c’est fait pour de vrai. Mais si si! Mes petites jambes tendues sont là comme preuves. Voilà donc 3 jours que j’ai participé au Semi Marathon de Troyes.

C’est la première course que je prépare avec autant de sérieux. Je me suis entraînée régulièrement en jonglant avec mon emploi du temps, mais j’ai réussi quand même à maintenir ces fameux 3 entraînements dans la semaine. Mes débuts de fractionnés avec le club de course à pied ont payés. Je suis passée sous la barre des 1’50, avec un temps de 1’48″46 à ma montre.

Faire un semi-marathon, j’y pensais depuis un moment. C’est une étape obligée pour arriver à l’épreuve reine : LE Marathon. Je veux faire les choses bien, alors on avance dans l’ordre. Et l’ordre logique était de faire au moins un Semi-Marathon cette année. Alors, quand j’ai vu qu’un Semi-Marathon était organisé à Troyes, je n’ai pas hésité. Tout collait : la date, le lieu. Je n’avais plus qu’à m’inscrire.

Samedi
Même si ce n’est pas non plus le Semi Marathon de Paris (et ses 30 000 et quelques participants), nous sommes allé chercher mon dossard la veille. Comment dire… C’était bien vide. Au moins, pas de cohue ni d’attente inutile. On a pu profiter de notre journée en famille.

Sans titre

C’est une course au prix peu élevé (14 euros en inscription anticipée, et 20 le jour J), donc pas tellement de Goodies en plus du dossard et de la puce. Mais après tout, ça me va très bien.

Et, et ,et… On en a profité pour inscrire mon petit frère à la course des enfants :D. Je suis super fière de lui et qu’on partage ça ensemble. Maintenant que je ne suis plus dans la région, on se voit un peu moins donc ce genre de moments sont précieux. Il va découvrir un sport que j’aime et un domaine encore inconnu pour lui.

Dimanche : Le jour J.
Réveil matinal obligatoire. Le réveil sonne à 6h45. Aie, on est pas lundi pourtant?
Quand je sors le dimanche, je ne déjeune jamais. J’aime beaucoup courir à jeun. Mais un jour de course, c’est une super mauvaise idée. Je veux faire de mon mieux. Donc, je déjeune tranquillement des choses qui me font envies vu que ma faim n’est pas vraiment réveillée elle non plus.

Tout le monde fini de se préparer et c’est le départ pour la course. Dehors, le temps est magnifique. La matinée promet d’être belle et… chaude. Heureusement, le départ est à 9h20-30, donc assez tôt.

Sans titre

Une fois sur place, juste le temps de prendre quelques photos, de se détendre un peu et c’est l’heure de la course des enfants.

Sans titre

Sans titre

Je n’ai malheureusement pas vu Hugo, mon petit frère, courir. J’étais moi aussi dans le SAS de départ. Mais à ce qu’on m’a dit, il s’est débrouillé comme un chef. Il parle déjà de revenir l’année prochaine. C’est plutôt prometteur. Il était ravi de sa course et fière de lui. Ça faisait vraiment plaisir à voir.

Sans titre

Sans titre

Entre temps, beaucoup de coureurs s’échauffaient. Pour être honnête, je suis arrivée un peu tard et surtout j’étais trop tendue pour faire quoi que ce soit. Donc, je n’ai rien fait. En général, j’ai vraiment du mal à m’échauffer avant une course. Et puis, avec le monde, le premier kilomètre est toujours un peu plus lent. Ca fera l’affaire pour cette fois.

La course:
C’est le départ. La foule est dense, mais les gens ne se marchent pas dessus. Les pelotons se forment et finalement, on a un peu d’air. J’ai vraiment eu du mal à gérer ma vitesse au début. Avec l’excitation, j’allais vite, trop vite. Je me suis isolée avec de la musique pour reprendre un peu mes esprits. J’ai bien joué au chat et à la souris avec mon chrono pendant 3 bons kilomètres avant de enfin me stabiliser et de me calmer.

Sans titre

Le parcours est composé de 3 boucles et il y avait un ravitaillement tout les 3,5 km. Organisation rodée. Ravitaillements annoncés à l’avance et toujours soit à manger, soit de quoi boire et même des éponges. Tout au long du parcours, je n’ai manqué de rien. Vu la chaleur, je pense qu’on a tous apprécié d’avoir de l’eau à chaque fois. Parce que oui, autant certaines parties du parcours étaient ombragées, autant on trouvait de belles lignes droites au soleil. Des moments pas cool à passer quand encore deux semaines avant je courrais totalement emmitouflée.

Niveau alimentation, j’ai eu une grosse aversion au sucre. Je me suis forcée à manger du chocolat, mais c’était vraiment difficile alors que j’adore ça en temps normal. J’ai surtout bu de l’eau et de l’eau sucrée citronnée en continu.

A la fin de la première boucle, je repère mon fan club. Ça fait vraiment chaud au cœur de les voir. Surtout quand on entend des petites voix d’enfants qui vous encourage tout fiers (<3). Florian ne participait pas à la course. Il faisait parti de l’assemblée et m’encourageait beaucoup. C’était aussi mon ravitailleur personnel :D.

Sans titre

Sans titre

La deuxième boucle est plus compliquée. Je commence à souffrir de la chaleur. Je trouve le temps long et je commence à avoir des points de cotés. C’était la nouveauté du jour. Ca ne m’était pas arrivé depuis bien longtemps! Comme quoi, on ne peut pas tout anticiper. Je croise à nouveau mes petits (et grands!) supportaires. Je suis plus tendue. Mais encore une fois, ça m’aide de les voir.

Sans titre

Finalement, c’est la dernière boucle qui a été la plus rapide. Le sentiment que c’est presque fini, ou le fait que tout le monde ai son rythme. Peu importe, j’étais mieux, même si la fatigue se faisait sentir.

Et, là, c’est le drame. Je décide d’accélérer, et des points de côté m’attrapent au 20ème kilomètre. Horribles. Impossible de respirer. Je voyais mon temps défiler et l’objectif d’être sous les 1h50 à porté de main. Florian a couru les derniers 400 m avec moi, il sentait que j’étais mal, mais je me suis dépassée pour finir.

Sans titre

Une fois passée la ligne, c’est la récompense de plusieurs semaine d’efforts : 1’48″46. Wouha, je suis super fière. Je l’ai fait, et en moins de 1’50. Je n’en reviens pas!
L’an passé, je mettais autant de temps pour courir 15 km. Beaucoup de chemin parcouru. Je suis fatiguée, mais ça va. Un petit tour au ravitaillement et mes points de cotés sont déjà oubliés. La fierté de ceux qui m’ont encouragé et des petits loulous présents me comble.

Sans titre

Je l’ai fait.

On remet ça dans moins d’un mois avec We Run Paris et ses 15 km. Ca va être différent. J’ai hâte. Et surtout, je vous raconte tout ;).

Qui vient avec moi?

Vous aimez notre blog? Suivez-nous sur notre page Facebook Double Plume et sur Twitter pour ne rien manquer 🙂

Publicités

13 réflexions sur “Retour de course : Le Semi-Marathon de Troyes 2015

    1. Merci beaucoup, venant de toi c’est un joli compliment! 😀

      J’hésite encore… Il y a celui de Paris bien sûr (surtout que nous habitons en IDF), mais ce n’est pas décidé. Il y a tellement de belles courses à faire, c’est difficile de choisir! (En tout cas, félicitation à ton Lapin pour l’IronMan! Votre article nous a fait beaucoup rire 😉 ).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s