Courir ensemble quand on a un niveau différent

Coucou,

Sans titre

Quand on est en couple (ça marche aussi pour les amis!) et qu’on partage une passion pour la course à pied, ou alors qu’on veut simplement s’y mettre ensemble ce n’est pas toujours simple.

Florian a toujours été mon plus grand soutien et mon meilleur supporter. Il a été d’une grande patience me concernant. C’est un petit exploit dans son genre ;).

Quand j’ai débuté la course à pied, il a mis un point d’honneur à m’aider à faire les choses bien, et il m’encourageait beaucoup à chaque instants. Il était évidemment passé par là quelques années auparavant. Mon coach personnel en quelques sortes. J’ai fait la plupart de mes première sorties avec lui, et il m’a beaucoup appris. Il m’a permis de me lancer et de dépasser les premières difficultés et… courbatures.

Il était en pleine préparation pour le Marathon de Paris 2014, son premier, quand j’ai réellement commencé à m’entraîner. Autant dire qu’il avait déjà bien assez à faire tout seul !

Le problème est là : Comment courir ensemble quand on a un niveau très différent ?

On ne va pas dire qu’on a trouvé la recette, mais on s’en sors et on allie plaisir en duo et course à pied. Voici nos conseils, venant de nos expériences, pour que vous aussi vous y arriviez.

Eternel duo :
La clé est de ne pas courir toujours ensemble. Même les couples fusionnels (dont nous faisons parti...) doivent se rendre à l’évidence : C’est impossible. L’un des deux sera forcément frustré de cette situation et l’autre culpabilisera. Autant dire que c’est un climat plutôt néfaste.

Sans titre

Le plus lent (ou inexpérimenté) devant :
Pendant l’entrainement, le plus lent des deux se place devant. Comme ça, la séance reste un plaisir, et ne devient pas un moment de torture pour le plus faible des deux. C’est important, en forçant le rythme, on se fait mal, on souffre et on associe ce moment à deux à de la douleur. Totalement inconcevable!

Événements - 704

Bien sûr, quand le plus lent à des difficultés, on échange les rôles pour se soutenir. Le plus rapide peut maintenir l’allure en faisant office de lièvre.

On se parle :
Communiquer. Le nerf de la guerre dans un couple au quotidien, mais aussi dans le sport. Le but n’est pas de subir l’entrainement, mais de se dépasser dans le meilleur des cas.
Si ça fait trop mal, ou si c’est trop rapide, dites-le! On adapte son parcours ensemble, on choisi l’heure ou le lieu pour être au mieux tout les deux.

Faire découvrir ces parcours :
Lorsque l’on court séparement, on ne prend pas forcément les mêmes chemins : Difficultés, dénivelés, ou petits paradis… On découvre des lieux, souvent par hasard, qui méritent d’être connu. Le plus expérimenté peut donc aller plus loin, plus fort, et guider l’autre vers des lieux qu’il n’aurait pas cru pouvoir atteindre. C’est une manière de partager et de casser la routine lors de l’entrainement.

Chevreuse, Madelaine

Tenter de battre ses records :
Quand on est deux, on a souvent un peu de fierté qui pointe le bout de son nez. Et encore plus quand c’est celui qu’on aime qui est devant. On veut qu’il/elle soit fière de nous et c’est normal!
Alors, on est moins tenté de s’arrêter ou de ralentir. Non, vous ne vous arrêterez pas sur ce joli petit banc! Vous allez continuer encore quelques mètres… puis d’autres…

Grâce à Florian, je me suis toujours dépassée en compétition, et j’ai battu à plusieurs reprise mes records personnels. Il m’a aidé à dépasser mes limites, en restant tout de même raisonnable pour ne pas que je me blesse.

Sans titre

Se lancer de nouveaux objectifs :
En étant plus expérimenté, Florian m’a aidé à me lancer sur des courses où je n’aurai pas cru pouvoir faire quelques choses. Au début, j’ai pu me donner des objectifs ambitieux dont je ne me sentais pas forcément capable. Lui, avec son expérience, savait pertinemment que j’en avait encore sous la basket :). On peut se réguler, et aussi comprendre quand les objectifs de l’autre sont trop fous ou démesurés.

Se motiver :
Il y a des soirs, où le canapé est vachement sympaOn resterait bien dedans quand même! Alors que de l’autre coté, l’autre sautille partout et à envie de courrriiirrrr!

Une fois sur place, on se rends compte à quelle point, c’était une bonne idée ;).

Partager :
Quand on a un meilleur niveau, et qu’on a passé des étapes, c’est un bonheur de transmettre ce qu’on a appris : les astuces, comprendre les sensations, corriger les erreurs… Faire en sorte que l’autre se sente bien et progresse pour ressentir ce qu’on ressent à ce moment précis. C’est aussi l’aboutissement de quelques choses.

  
Ca marche aussi entre amis! On se soutient, on s’aide, on se motive et on lâche rien :).

Complémentaire :
Comme on le sait, et même si c’est difficile à mettre en application, il ne faut pas toujours courir comme un lapin ( ;), Runneur?! ). Il faut parfois courir lentement. Autant dire que courir vite, c’est pas facile! Mais courir lentement… aussi.

Et courir avec des gens avec un plus petit niveau, ça permet aussi de progresser dans ce sens. On apprend à courir plus lentement sans avoir le sentiment d’être bridé. C’est important ;).

Pour le meilleur :
Mais surtout, courir en couple, c’est partager un moment à deux. C’est pas ça aussi le bonheur?

Événements - 701

Bien sûr, cet article n’est pas dédié aux couples uniquement! Votre meilleur ami, votre sœur, votre complice… Trouvez vous aussi votre binôme qui vous aidera à ne rien lâcher, et lancez-vous :).

Et vous, comment vous trouvez l’équilibre pour courir ensemble ? C’est quoi vos astuces ?

Vous aimez notre blog? Suivez-nous sur notre page Facebook Double Plume, Instagram Instagram et sur Twitter pour ne rien manquer 🙂

Publicités

5 réflexions sur “Courir ensemble quand on a un niveau différent

  1. Mon amoureux a un niveau bien plus élevé que le miens (étudiant en STAPS .. aha), et si nous voulons courir ensemble il faut s’adapter. On ne cours jamais ensemble dans le sens courir à côté, on préfère aller courir au même endroit, et se croiser de temps en temps. Je cours trop doucement pour lui, il a l’impression d’avoir les jambes lourdes s’il court à mon allure, et lui court bien trop vite pour que j’arrive à le suivre.

    Bisous, Axelle

    J'aime

    1. Justement, c’est un tres bon entrainement de courir lentement :). C’est difficile (paradoxalement!) mais c’est un exercice tres répondu dans les plans pour les marathoniens par exemple.
      Vous pourriez faire l’échauffement ensemble par exemple?
      Merci pour ton commentaire! 😀 et bon courage pour la suite. Tu le rattrapera :p

      J'aime

  2. moi je cours avec mon fils qui est marathonien et trailer…il court tres vite et mon mari ancien semi marathonien
    quand on court tous les 3 ils s’adaptent tantot en courant pres de moi et en me « dopant » de leur energie tantot en me laissant pour que j’augmente la cadence et que je les rattrappe ils font les lievres…pareil ma fille cours aussi et elle m’encourage beaucoup !!!! je progresse doucement !! je tiens 12km mais maintenant il faut que j’augmente ma vitesse!!! nouveau challenge pour moi!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s