Je suis une fille qui court – Journée de la femme

Depuis quelques mois (voir années) la mode du running s’installe auprès des femmes. Non pas que les femmes ne courraient pas avant ça ! Aujourd’hui, les médias s’y intéressent et mettent la chose en avant, touchant ainsi de plus en plus de monde : les sportives comme les moins sportives.

Rien que l’explosion du nombre de courses Féminines en est un reflet parfait.

J’ai commencé à courir avec Florian, ce n’est pas un secret. Mais, j’ai aussi commencé pour… maigrir. J’ai remarqué que je n’étais pas la seule, loin de là, à débuter de cette manière. Aujourd’hui, mes motivations ont totalement changé. C’est le sport lui même qui m’intéresse. J’aime le dépassement de soi et ce sentiment de bien-être. Mais peu importe, ce n’est pas l’objet de cet article.

Le monde de la course à pied version Féminin est rempli de stéréotypes et de préjugés, parfois drôles, parfois durs. Sans même connaître ce sport, je me suis vu prendre certaines précautions ou me sentir gênée à cause du regard des autres pendant mes toutes premières sorties running. Je n’étais pas libre, alors que c’est l’essence même de ce sport.

 

Sans titre

Aujourd’hui, être une fille qui court, c’est forcément être une jolie fille mince qui veut être encore plus mince et encore plus belle. Dans les médias, les Runneuses sont minces, toujours plus minces… mais musclées ! Il ne faudrait pas non plus qu’elles ne soient pas des sportives. Quoi ?! Vous ne faites pas 50 kg et vos abdos ne sont pas visibles ?

Une fille qui court est belle (oui, on l’a dit), mais même quand… elle court. La fille qui court ne transpire pas c’est bien connu ! Je ne dois pas être une fille des fois. Parce que moi, quand je cours : je suis rouge tomate et je transpire à grosses gouttes. C’est glamour à souhait. Une fille qui court, ça transpire, ça se dépasse. Et pas que dans les pubs pour Nike.

 

Sans titre

 

La fille qui court porte du rose. Rien que ça, ça me fait bondir. Du rose, les gars ? Sérieux ? « Aller, les mecs en salopettes bleues, on va faire un foot et du bricolage après ça ». Lorsqu’on rentre dans les magasins, les entrées de gammes : c’est du rose ou du noir. Stéréotypes, bonjour. Ils ont la peau dure ! Pitiéééé, je veux du bleu, du vert, du orange… même chez Décathlon. Vous aimez la couleur ? Mais lâchez vous ! S’il y a bien un moment où l’on peut ressembler à un arc-en-ciel : c’est lorsqu’on court.

Etre une fille qui court, c’est être une fille attachée à son chéri. Mauvais exemple. Oui, la fille qui court est en couple (mais c’est une autre histoire). Evidemment, les rues sont peuplées de criminels et prédateurs sexuels uniquement à l’affût de vos gambettes. Si peu que vous courriez dans les bois, c’est rencontre avec le grand méchant loup assuré! Une fille qui court, ne doit pas courir seule sinon elle va forcément avoir des soucis. Il est vrai que quelques fois, la réaction de certaines personnes sont pesantes.

Mais est-ce vraiment lié au fait de courir ?

Qui n’a jamais été accosté dans la rue ou dans un bar, ou pire au supermarché ? Courir, c’est être libre, c’est aller où on veut, quand on veut. Alors, évidemment, on a aussi du bon sens et on ne va pas non plus aller titiller cette bande de garçons de l’autre coté du trottoir qui vous regarde tranquillement passer. On est une fille qui court, oui, mais avec un cerveau.

Événements - 704
Une fille qui court, court toujours avec des copines (quand elle n’est pas avec son copain). Une fille sans copines, c’est impossible évidemment. Et piapiapia et piapiapia… Et bien, si ! Quelques fois, courir seule, c’est se retrouver et ne penser à rien, même pas aux derniers commérages. Elle avec elle-même. Et puis, sans rire les gars, vous êtes pareil.

Une fille qui court, c’est uniquement une citadine. Faut pas déconner, déjà que les filles sont fragiles et n’ont pas de sens de l’orientation, elles ne vont pas non plus courir dans les bois ou dans les champs. Elles risqueraient d’écailler leur vernis sur une branche ou te marcher sur des feuilles. Allo, ici la terre. Les arbres et les forêts étaient là avant les villes. Oui, une fille peut courir dans les bois, sans se perdre (on ne parlera pas de mon super sens de l’orientation ici) et sans mourir.

Une fille qui court participe aux courses féminines. Sinon, qui participerait ? Mais alors, pourquoi n’a t’on pas de courses masculines ? Les filles qui courent on tant besoin d’un but pour courir ? C’est fédérateur, pourquoi pas. Mais, si vous ne vous arrêtez qu’à cela, vous loupez quelques choses.

 

Les filles, vous devez être votre propre motivation. Vous courrez avant tout pour vous-même avant les autres. C’est votre bien-être, vos aspirations, vos envies. En faisant du sport, que l’on soit une fille ou un garçon, on dépasse ses limites, on rêve, on donne tout, on se fait mal. On s’en fiche de ressembler à une tomate au mois d’août parce que cette séance vous a donné du fil à retordre, que vous soyez ronde, que vous souffliez comme un poney asthmatique ou que vous ne courriez que 3km. Vos envies et vos buts sont les vôtres.

 

IMG_9367

Faites ce que vous voulez sans trop réfléchir, toutes les runneuses sont belles de toute façon… C’est bien connu !

réseau sociaux - Facebook - 1  réseau sociaux - Insta - 1  réseau sociaux - Twitter - 1Signature - 2

Publicités

5 réflexions sur “Je suis une fille qui court – Journée de la femme

  1. Je me lève et je plussoie! Merci pour tes mots qui sonnent très juste!
    Petit exemple très pratique de tout ça : quand j’ai commencé à courir, et même pendant plusieurs années quand je courais juste une fois de temps en temps, je n’osais pas courir en collant. C’est bête hein, mais habitant à Marseille, j’avais trop peur de me faire embêter en portant qqchose d’aussi moulant… Et puis un jour j’ai essayé, je courais avec mon copain (!) donc ça me rassurait – et j’ai réalisé à quel point ce vêtement était parfait pour courir à l’aise! Du coup petit à petit j’ai osé, et maintenant je dis F*** à ceux qui auraient qqchose à redire à ça!
    C’est un des avantages de cette mode. Les stéréotypes sont toujours là, mais petit à petit on ne peut que les dépasser!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s