L’intolérance au Gluten

Aujourd’hui, nous allons vous parler d’un sujet un peu différent de ceux de d’habitude : Les allergies alimentaires et plus particulièrement l’intolérance au gluten.

DP - Gluten - 24

Je suis sujette aux allergies depuis l’enfance. Acariens, pollen, moisissures. Rien de bien extraordinaire ou handicapant au quotidien. Je fais parti de ceux qui ne doivent pas faire leur lit ou alors qui luttent contre la poussière de manière active. Suite à ces allergies, j’ai (selon le corps médical) développé un asthme d’effort et allergique en grandissant. « Développer » c’est un grand mot. Je pense que j’ai toujours vécu avec et qu’un jour pas fait comme un autre, j’ai été gêné donc j’ai consulté.

Depuis mon arrivée en Ile de France et l’augmentation du nombre d’entraînements sportif, j’ai voulu consulter des spécialistes et gérer mon asthme correctement. J’ai fait des tas d’analyses afin de mieux comprendre l’évolution de mes allergies et donc de l’asthme. J’ai découvert, totalement par hasard que j’étais « intolérante » au gluten. Pas allergique, « juste intolérante ».

Ce fût un coup de tonnerre. Tout concordait. Toutes les petites choses qui me gênaient au quotidien et pendant ma pratique du sport pouvaient avoir une origine et une explication commune. J’étais soulagée même si je savais que ça allait entrainer beaucoup de changements.

Il est difficile de lier mon asthme (et pas que) avec l’intolérance au gluten seulement avec des tests. J’ai dû arrêter de consommer tout ce qui en contenait pour en avoir le coeur net durant plusieurs semaines. Ainsi, c’est tout mon régime alimentaire qui est chamboulé et par procuration, celui de Florian. Le gluten, il y en a partout et même dans des aliments improbables. J’ai heureusement été aidé dans ma démarche par une allergologue et une diététicienne.

Intolérance, allergie et maladie coeliaque.

« Intolérante, pas allergique ». Cela a son importance. Ce sont deux mécanismes différents.

Ensuite, il existe des « niveaux » d’intolérance au gluten. Le plus grave est la maladie coeliaque, le moins grave est l’intolérance.

On ne vit pas de la même manière en étant intolérant ou coeliaque, qu’en étant allergique.

L’allergie. L’allergie est immédiate. Comme toute allergie, dès que l’on est en contact avec l’allergène : il y a une réaction. Le système immunitaire produit des anticorps contre la substance (normalement inoffensive) et réagit comme s’il s’agissait d’un agent pathogène, un ennemi. Le remède? Ne plus consommer de gluten DU TOUT.
L’allergie est facile à confirmer. Une prise de sang mettant en évidence  la présence d’anticorps fabriqués contre des substances antigènes suffit.

L’intolérance. L’intolérance est plus sournoise et n’a pas d’action immédiate visible. Ce n’est pas l’aliment lui-même qui est à l’origine du phénomène, mais son accumulation qui va provoquer, à cause d’une mauvaise gestion de l’organisme, une inflammation chronique.  Dans notre cas, la consommation d’aliments contenant du gluten provoque des lésions de l’intestin. La maladie Coeliaque est le cas le plus évolué de l’intolérance au gluten.

La maladie Coeliaque. La Maladie Cœliaque est une intolérance permanente. Le seul moyen d’y remédier et de ne plus consommer de gluten, comme pour une allergie. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle, les deux pathologies sont confondues.

Les symptômes.

Les symptômes liés à l’intolérance sont assez… variés. C’est d’ailleurs une des raison pour laquelle beaucoup ne mette pas le doigt sur le problème.

Les plus communs sont : l’anémie, la diarrhée chronique, la perte de poids, la fatigue, les crampes et les ballonnements, l’asthme et l’irritabilité. Comment faire le lien entre l’anémie et l’asthme ? Certains de ces symptômes peuvent aussi se manifester dans le cadre de beaucoup d’autres maladies plus communes que l’intolérance au gluten ou la maladie cœliaque.

Dans mon cas, j’avais presque tout les symptômes. C’était normal pour moi d’avoir très mal au ventre le matin, après le petit déjeuner (quand je déjeunais) ou de me sentir si épuisée ou encore de devoir prendre des compléments alimentaire remonter mon taux de fer. J’étais une femme, c’était « normal » d’être anémiée car j’avais mes règles. Avoir mal au ventre, c’était « normal », j’avais des antécédents dans ma famille. J’étais fatigué, c’était « normal », nous vivons à 100 à l’heure et lorsque j’étais étudiante, je courrais partout. J’avais des grosses migraines, c’était « normal », j’avais soit disant besoin de lunettes.
Chaque symptôme trouvait son explication sans jamais vraiment être soigné.

 

Le gluten au quotidien.

A la maison. Maintenant que nous savions d’où venait le « mal », nous avions les clés en main pour le combattre. Nous avons donc dû changer notre façon de manger au quotidien. Heureusement pour nous, nous cuisinons beaucoup (ha oui? ;)). C’est donc « facile » pour nous de contourner les produits contenant du gluten. Du moins, nous ne consommons aucun plat cuisiné industriel et nous savons ce que contient notre assiette.

Nous avons découvert, littéralement, une nouvelle manière de cuisiner. Nous devions supprimer (ou au moins, limiter au maximum) tout les aliments à base de blé mais également aussi orge, avoine et seigle. SABO pour le mnémotechnique. Nous avons remplacé ces aliments par des équivalents, moins répandus dans notre alimentation.
(Vous verrez donc sur le blog, quelques fois apparaitre des recettes ayant la mention « Sans Gluten »).

Les courses.
Le point noir pourrait être : le prix. Les produits de substitution (tout fait) comme le pain sont vraiment chers. C’est également le cas des farines (riz, maïs, blé noir). On associe très souvent le « Sans Gluten » au bio. Alors que honnêtement, l’un vit très bien sans l’autre. Ils sont mêlés simplement car les produits « sans gluten » sont des produits plus « originaux » et éloignés de la cuisine traditionnelle. Un effet de la « mode du sans gluten » comme « la mode du bio ».

DP - Gluten - 21

Nous avons fait le choix de « ne pas faire attention au prix ». Nous faisons plutôt de faire attention à la manière dont on consomme ces produits. Zéro gâchis. De plus, il s’agit de ma santé. Florian est intransigeant avec ça. Finalement, notre budget n’est pas tellement différent d’avant. Nous consommons autrement.

 

Le restaurant. A la maison, nous maitrisons tout les ingrédients de nos recettes, tout ce que nous mettons dans nos assiettes. Au restaurant, lorsque je regarde la carte, je dois réfléchir systématiquement et connaitre un minimum les recettes proposées. L’intolérance au gluten est mal connue et souvent, les restaurateurs sont un peu perdus quand je leur pose des questions. Une fois ce cap passé, ce n’est pas insurmontable. Je ne suis « que » intolérante et donc si mon assiette est en contact avec de la farine de blé par exemple ce n’est pas une atteinte à ma santé.

Le plus difficile c’est le pain et les desserts. A la maison, nous avons chacun notre pain. C’est facile. Au restaurant, je n’ai encore jamais vu d’établissement me proposer du pain sans gluten. Sans aucune critique. Le problème est que j’adore le pain. Rien que d’en parler, je salive. C’est donc très difficile pour moi de l’avoir sous le nez. Je ne craque pas en sachant les mauvaises heures que je passerai ensuite pour en avoir mangé.

Pour les desserts, la farine de blé est très largement utilisée. Si l’on retire les tartes, les gâteaux, il ne reste pas grand chose à part… les salades de fruits et les glaces. On relativise. Le fondant au chocolat, on le fera à la maison ;). Les restaurateurs sont assez ouvert néanmoins. J’ai toujours pu trouver un compromis pour avoir un dessert. Ouf.

DP - Gluten - 19

 

Au boulot. Je pars régulièrement en déplacement. Je dois donc manger au restaurant ou à l’hôtel matin, midi et soir. C’est surtout au départ que c’est compliqué, ensuite avec l’habitude on sait que l’on ne peut pas aller dans tel établissement ou alors que telle cuisine est proscrite. Le plus gênant est d’en parler autour de soi et à ses collègues de travail. 

 

Le regard des autres. Ni malade, ni allergique. « Ha, tu tente un truc à la mode? », « Sérieux? Juste une pizza, c’est pas grave? ». Ne plus consommer de Gluten est « à la mode ». C’est donc difficile  pour les proches de dissocier l’intolérance, de « caprices » alimentaires ou de goûts. Ce n’est pas visible, je ne souffre pas immédiatement. C’est silencieux. Je suis souvent mal à l’aise quand il s’agit de devoir me répéter. Je n’aime pas que l’on doivent « s’adapter à moi ». Je préfère « m’adapter à eux ».

Heureusement, avec le temps et des explications, nos proches font des efforts pour s’adapter et comprendre. Ils font souvent des erreurs et me pose des questions. « Ha tu ne peux pas manger ce pain, mais c’est pas de la baguette pourtant ». Nous faisons chacun des compromis : j’apporte mon pain et ils ne servent plus uniquement des pâtes à table.

DP - Gluten - 23

 

Pour conclure.

Ce qui me manque vraiment, c’est la baguette chaude qui sort de la boulangerie et les viennoiseries. Plus le temps passe, moins c’est dur quand même. Je découvre une nouvelle façon de cuisiner, je sors des sentiers battus et des plats que je connais depuis l’enfance. Je suis très curieuse et Florian tolérant (heureusement). C’est un nouveau défi qui risque de durer toute ma vie ;).

>> Et vous, vivez vous avec des contraintes alimentaires ? N’hésitez pas si vous avez des questions sur l’intolérance au gluten ou à partager avec nous votre expérience :D.

réseau sociaux - Facebook - 1  réseau sociaux - Insta - 1  réseau sociaux - Twitter - 1Signature - 2

 

Publicités

8 réflexions sur “L’intolérance au Gluten

  1. J’ai découvert mon intolérance il y a presque 2 ans! C’est un très bel article bien complet! Et effectivement avec le temps les trucs « avec gluten » me donne moins envie aussi! Mais c’est sur que des qu’on est à l’extérieur c’est plus difficile qu’à la maison!

    J'aime

      1. ça a été long on savait pas ce que c’était et par hasard une dame qui me faisait passer une echo m’a dit vous avez essayé de voir si c’est le gluten? comme mon médecin était en congés j’ai essayé et ça a été radical! j’ai ensuite vu un gastro-entérologue qui me l’a confirmé! et toi?

        J'aime

  2. Je me revois il y a 10 ans en arrière ! J’ai eu la chance de découvrir, enfin !, ce que j’avais, alors que nous vivions en Australie. Là bas, tous les restaurants proposent du sans gluten et surtout l’association des malades coeliaques est très présente. Elle a même créé des snacks. Quant à son accompagnement, il fut précieux car je vis aujourd’hui très bien et de coeliaque, ce que je n’aurais jamais cru, je suis devenue légère intolérante. Cette association se bat en Australie pour prouver au corps médical que l’on peut en guérir. Une chose que l’on ne dit pas en France, c’est qu’il faut réparer la paroi intestinale et que l’allergique au gluten l’est aussi au lait de vache et au soja. Pas de panique, une bonne cure d’au moins 6 mois pour refaire sa flore intestinale, accompagné d’une diète sans gluten sans lactose, vous allez revivre ! Et puis, juste au cas où, Arko Enzym Glutenase à prendre avant le repas (une enzyme qui protège la paroi intestinale) apporte un véritable confort au cas où il y ait des accidents. Merci pour votre témoignage très bien écrit et détaillé. Voici le mien 😉 https://lescarnetsdemademoiselle.com/2015/05/30/gluten-free/

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ton retour :).
      C’est très intéressant, nous ne connaissons pas ce coin du monde. Il semblerait qu’à l’étranger, l’intolérance au gluten soit beaucoup plus reconnue.
      J’ai la chance d’être entourée de praticiens qui sont sensibles à ce sujet. Ma diététicienne m’avait parlé du fait de reconstruire la parois intestinale et d’une possible intolérance au lactose/soja. On avance petit à petit. Je note tes conseils, merci ;).

      Je vois déjà les effets du sans gluten, cela fait quelques mois maintenant. C’est assez radical au quotidien! Je m’y retrouve totalement.

      Je file voir l’article!
      A bientôt ;).

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s